Drones civils : découverte des nouveaux usages – Partie 2

Le marché des drones civils a entamé depuis ces dernières années une profonde mutation. D’un marché de loisir, il évolue vers un marché de services grâce à la démultiplication de ses usages. Dans la continuité de la première partie de cette série consacrée aux nouveaux usages des drones, cet article vous propose de découvrir l’impact des drones sur le domaine de l’agriculture.

Améliorer le rendement des récoltes avec les drones et l’agriculture de précision

En 2050, la population mondiale aura atteint 9 milliards d’individus. Avec la production actuelle, notre agriculture ne sera pas suffisante pour tous les nourrir. Dès lors, le défi d’aujourd’hui est de trouver des solutions au problème alimentaire de demain. Celui-ci est d’autant plus grand qu’avec le réchauffement climatique et une urbanisation toujours plus forte, le nombre de terres agricoles exploitables se réduit constamment.

L’une des pistes explorées à ce problème est l’agriculture de précision. Elle vise à améliorer le rendement des récoltes en adaptant les traitements utilisés au besoin de chaque parcelle. Un agriculteur est capable avec cette technique d’identifier et traiter les parcelles de son champ qui ont le plus souffert d’une sécheresse. C’est ainsi que pour fonctionner, l’agriculture de précision repose principalement sur l’acquisition d’images aériennes.

L’agriculture à l’heure du digital avec les nouveaux services des drones

DroneDeploy, fruit de la diversification des usages des drones, est une nouvelle solution qui permet de réaliser des cartographies aériennes extrêmement précises d’un champ. Créée en 2013, cette startup automatise le survol, le recueil et l’analyse des images aériennes des champs grâce aux drones.

Pour illustrer cette solution, prenons le cas d’un agriculteur cultivant des champs de pommes de terre. Dans notre exemple, il souhaite évaluer les dégâts subis par ses plants après de forts orages.

A cet effet, il utilise l’application mobile de DroneDeploy pour définir la zone de survol de son champ qu’il souhaite analyser. Un plan de survol est alors automatiquement généré. Après avoir vérifié que ce dernier correspond à ses attentes, il n’a plus qu’à valider pour démarrer le vol. A ce stade, aucune autre action n’est alors nécessaire : il doit attendre la fin de l’opération avant de pouvoir continuer son estimation.

Plan de vol d'un champ par un drone

Au fur et à mesure que le drone parcourt la zone du champ à inspecter, les images captées sont envoyées vers la plateforme en ligne de DroneDeploy. Progressivement, une carte numérique représentant l’état actuel se forme. L’agriculteur l’utilisera pour analyser la santé de son champ.

Au bout de 45 minutes, le drone a terminé le survol et le traitement des images du champ. L’agriculteur va alors pouvoir commencer à analyser les dégâts provoqués par l’orage et à estimer ses pertes.

Estimation des dégâts d’un champ par drone

Les zones en rouges présentes sur l’image ci-dessus correspondent aux zones dont les plants de pommes de terre sont inexploitables. Cette information a été obtenue via le capteur spécifique installé sur le drone. D’un seul coup d’œil, on identifie que la partie sud du champ a subi plus de dégâts que la partie nord. Cette situation s’explique ici par le fait que l’agriculteur a utilisé deux variétés différentes : l’une d’elles est plus résistante que l’autre.

Dès lors en moins d’une heure, l’agriculteur a pu déterminer que sur les 75 hectares de son champ, 27 % de ses plants de pommes de terre sont inexploitables et peuvent être passés en perte auprès de son assurance.

Mieux suivre l’avancement d’un site de construction grâce à la modélisation 3D par drone

Les drones pourraient bien devenir l’outil de prédilection des chefs de chantier pour suivre l’avancement de leurs chantiers. Grâce à ses capteurs, un drone permet en effet de constituer une maquette numérique d’un site de construction. Photographie précise et fiable de l’état actuel des travaux, celle-ci offre la possibilité d’identifier tout écart au plan initial de construction. Les erreurs peuvent de cette façon être corrigées avant qu’il ne soit trop tard pour le faire.

Cliquer pour parcourir la maquette 3D du chantier de construction d’un hôpital

Dans le site de construction de l’hôpital représenté ci-dessus, un sous-traitant a été désigné pour réaliser le terrassement du terrain. N’étant pas certain que le travail réalisé soit conforme au plan initial, le contremaître alors décidé de le vérifier. En raison de la taille du terrain qui est supérieure à 25 hectares, utiliser des drones a donc présenté l’avantage de :

  • Réduire le temps de vérification de deux tiers par rapport aux méthodes traditionnelles,
  • Réduire les coûts de vérification.

Vers des drones toujours plus intelligents et autonomes

Pour que l’essor du marché des drones civils se réalise, les drones se doivent de devenir toujours plus autonomes et intelligents. A leur début, les drones avaient une autonomie d’une trentaine de minutes seulement. Cette faible capacité n’était alors pas suffisante pour permettre d’effectuer les actions nécessaires aux nouveaux usages. A titre d’exemple, il faut une autonomie d’une heure et demie pour une inspection confortable d’un site de construction. L’autonomie des drones est donc le premier levier pour accélérer le développement des applications des drones.

Le second levier est la convergence des drones avec l’intelligence artificielle. Cette nouvelle technologie permettra de doter les drones d’une capacité de prendre des décisions et donc d’agir sans opérateurs humains. Ce levier permettra d’industrialiser les usages et donc logiquement de réduire d’autant plus les coûts de ces opérations. Cela permettra également à ces derniers d’être plus efficaces dans les tâches qui leur sont confiées. Un drone autonome est capable d’identifier seul une personne en danger de noyade et de lui porter secours. De la même façon, un drone autonome comme le Mine Kafon Drone peut parcourir, détecter et désamorcer des mines antipersonnelles.

L’apport de l’intelligence artificielle aux drones sera donc bien réel.

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter