La santé sur le devant de la scène politique

Le programme Fillon en assurance santé pose de nombreuses questions, dont une seule est déjà résolue : si ce programme est appliqué, le paysage de l’assurance santé sera transformé.

Il aborde avec volontarisme la modernisation du système de santé français, en encourageant notamment la médecine connectée et le DMP (Dossier Médical Personnel), qui sont crédités d’économies substantielles grâce à des gains d’efficience dus à l’amélioration de la coordination du parcours de soin. Il tente aussi de révolutionner le mode de fonctionnement des professionnels de la santé par un encouragement à la mobilité public – privé, la rationalisation de la carte hospitalière et la suppression des 35 heures, accusées d’avoir désorganisé en profondeur le système hospitalier.

La principale révolution ne tient toutefois pas à ces thèmes, qui à défaut d’être totalement consensuels, sont des serpents de mer du secteur. Ses préconisations en matière d’assurance santé sont autrement plus novatrices, et par là même clivantes. Le maître-mot du programme est en effet la responsabilisation des assurés et des professionnels de la santé dans le but d’assurer le financement de la Sécurité sociale à long terme.

Afin d’améliorer l’efficience du système de remboursement, la première mouture du programme de François Fillon opérait un changement majeur des prises en charge respectives de l’AMO (Assurance Maladie Obligatoire) et des AMC (Assurance Maladie Complémentaire). Les AMC prendraient en charge tous les risques légers, tandis qu’on confierait à l’AMO les risques lourds (affections graves ou de longue durée) et la prise en charge des personnes les moins favorisées. La modération des dépenses de soins devrait aussi passer par la suppression du tiers payant généralisé, qui empêche de se rendre compte du véritable coût de la santé. On devrait enfin assister au retour d’une franchise universelle, fonction des revenus et limitée entre un plancher et un plafond.

La mise en place de tous ces changements devrait avoir des conséquences notables sur le paysage de l’assurance santé. Il n’est toutefois pas exclu que le programme soit revu à la baisse une fois François Fillon aux affaires, ainsi qu’une récente tribune de l’intéressé et le retrait de ses propositions en santé de son compte de campagne le font penser. La seule mesure absolument confirmée est la suppression du tiers payant généralisé. Sera-t-elle suffisante pour permettre le rétablissement de l’équilibre des comptes de la Sécurité sociale ?

La seule certitude à ce jour est que la santé sera l’un des thèmes phares de la campagne, ainsi que le montrent l’importance des débats qui ont suivi les propositions de François Fillon en santé. Reste à savoir si le vainqueur saura faire bouger un secteur aux intérêts complexes et divergents.

https://www.fillon2017.fr/participez/sante/

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter