Le Big Data intéresse les psychiatres

La psychiatrie s’intéresse de près aux technologies Big Data et leur capacité à analyser des gros volumes de données. Les données cliniques, les dossiers des patients, et les données recueillies sur internet, les blogs, et les réseaux sociaux sont principalement ciblées.

Les données personnelles ne trompent pas !

Plusieurs projets Big Data sont actuellement en développement dans le domaine de la psychiatrie : la recherche de lien entre les traitements médicaux administrés aux personnes ayant eu des traumatismes crâniens et le développement de trouble psychiatriques, le risque qu’un enfant soit autiste en fonction de l’âge de ses parents, le risque de suicide des patients hospitalisés pour des troubles psychiatriques, et enfin, l’efficacité des médicaments psychotropes.

La combinaison des données médicales et des données personnelles (mails, réseaux sociaux,…) permet de diagnostiquer des pathologies comportementales volontairement cachées par les patients et difficiles à détecter par des méthodes traditionnelles. Ces diagnostics pourront contribuer à la reconnaissance de nouveaux biomarqueurs accompagnant les maladies psychiatriques.

Le Big Data se positionne comme un outil performant pour accroître la compréhension du comportement humain. Sa capacité à agréger et corréler de larges volumes de données de diverses sources permet d’établir un aperçu rapide du comportement d’un patient, auparavant compliqué et chronophage.

Le Big Data s’attaque à la prévention des suicides

Le Big Data va se révéler très utile dans la prévention des suicides grâce à l’analyse des données des réseaux sociaux. Pour cela, les algorithmes auront besoin des historiques médicaux complets de millions d’individus et d’un accès à leurs profils virtuels personnels. L’extrême hétérogénéité des cas de suicide rend leur prévision très difficile. Les technologies Big Data peuvent combiner des millions d’échantillons de données pour établir les profils des personnes à tendance suicidaire.

Le Big Data a un rôle très important dans la psychiatrie, c’est pourquoi les notions de gouvernance des données, d’éthique et de sécurité doivent être abordées dès aujourd’hui dans le secteur.

Cette nouvelle technologie apportera beaucoup sur le traitement des patients et la compréhension de leurs troubles. Il est important que les professionnels du secteur reconnaissent le potentiel des technologies Big Data, tout en restant attentifs à préserver leur comportement éthique ainsi que la relation médecin-patient basée sur la confiance.

Source

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter

1 commentaire

  1. Pingback: Le Big Data intéresse les psychiatres | La cybercriminalité