Brexit, Euro 2016 et étiquettes, l’actualité agroalimentaire de ce début d’été en bref

brexit 2Brexit : Quelle conséquence pour l’agroalimentaire en France ?

La sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne (UE) votée le 23 juin par référendum est l’événement marquant de ce début d’été.

L’idée que le « Brexit » aurait d’importantes conséquences économiques et budgétaires, aussi bien pour le Royaume-Uni que pour les autres états européens, fait aujourd’hui consensus mais celles-ci restent très difficiles à évaluer et dépendent largement des conditions de sortie. Dans l’agroalimentaire, les secteurs qui pourraient être les plus impactés sont naturellement ceux qui contribuent le plus significativement au solde commercial français : vins, produits laitiers et viennoiseries.

Retour sur les chiffres clés du secteur agroalimentaire français à l’export :

  • Total des exportations agroalimentaires françaises en 2015 : 44,3 Md€ ;
  • Solde commercial agroalimentaire français : 8,1 Md€ en 2015, déficit de 3,6 Md€ hors boissons ;
  • 66 % des exportations agroalimentaires françaises sont à destination de l’Union européenne ;
  • 14% des exportations agroalimentaires françaises sont à destination du Royaume-Uni ;
  • Dans les exportations françaises (globales) à destination du Royaume-Uni, figurent notamment :
    • le vin pour 5,7% ;
    • les produits laitiers pour 2% (fromage et beurre) ;
    • viennoiseries, produits issus de boulangerie et de céréales pour 1,6% ;
  • Le rétablissement de droits de douanes ou la perte du bénéfice associé à l’existence d’une union douanière pourraient entraîner une hausse des coûts administratifs représentant jusqu’à 25% de la valeur des biens échangés.

Source : Ania

L’Euro 2016 : une aubaine pour les marques de l’agroalimentaire

Autre événement marquant de ce début d’été : l’Euro 2016. Au total : 24 pays représentés, 10 villes de France utilisées pour la tenue des matchs, près de 2,5 millions de spectateurs et de 7 à 8 millions de supporters. Un rendez-vous à ne pas manquer pour les marques qui ont rivalisé d’inventivité pour accroître leur visibilité, leurs ventes et leur notoriété.

Tour d’horizon des campagnes Marketing de quelques marques dans l’agro-alimentaire :

coca-cola-bouteille-collector-Euro-2016 Coca-Cola, partenaire officiel de l’Euro 2016 et de l’Equipe de France, a mis de gros moyens pour sa communication : 300 millions de canettes arborant les portraits de joueurs, de nouvelles bouteilles en aluminium avec un bouchon à vis, une présence partout : télé, magazines, gares, aéroports, espaces dédiés dans les Fan-zones. La marque a même proposé dans les stades un service de livraison directement à sa place pour toute commande « drink & food » passée depuis son mobile.

logo-tourtel-trinquonsTourtel Twist, la marque de bière sans alcool des Brasseries Kronenbourg (groupe Carlsberg) était dans les buvettes des  stades et dans les Fans-Zones des villes hôtes. Elle a fait par ailleurs gagner près de 450 places pour assister aux matchs avec son opération « Trinquons pour l’Euro ». Le but était de se prendre en photo en trinquant avec un produit de la gamme Tourtel Twist puis de publier la photo sur les réseaux sociaux avec #trinquonspourleuro.

édition-limitée-Tic-Tac-AnisTic Tac a ressorti pour l’occasion le parfum anis et créé une boîte avec un maillot bleu.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les campagnes marketing de McDonald’s, Belin, KFC, Carrefour, Babybel, Kellogg’s, Nutella, Monin, Heineken, Pringles, Vico, ancel, Herta, M&M’s, Haribo, cliquez ici.

Source : Les recettes du marketing

Lobbying et conflit d’intérêts autour de l’étiquetage alimentaire

Début 2016, afin de favoriser la santé publique, le Ministère de la santé a chargé la Direction générale de la santé (DGS) d’évaluer quatre systèmes d’étiquetage signalant les aliments les plus gras, les plus sucrés et salés et donc ceux à consommer avec plus de modération que d’autres.

4967505_6_ae11_etiquetage-alimentaire-qui-a-concu-les_bfc55719d034cef161a3425622690c20L’étiquetage nutritionnel est depuis plus d’une décennie au cœur d’une bataille entre industriels d’un côté et chercheurs en santé publique de l’autre. Le sujet revient une fois de plus au cœur de l’actualité avec la publication par l’association 60 millions de consommateurs d’un dossier spécial dans son magazine hors-série de juillet 2016 Agroalimentaire, vérités et mensonges et d’une enquête du journal Le Monde pointant du doigt la non partialité des deux comités chargés par la DGS d’évaluer les différents systèmes d’étiquetage. En effet, le comité de pilotage compte à son bord des représentants des industries concernées ; le comité scientifique est dominé par des experts liés à ces mêmes industriels ; on constate une absence de déclaration de certains liens d’intérêts par des experts engagés dans le processus ; la gestion des fonds publics alloués à l’étude est confiée à une organisation de la filière agroalimentaire elle-même…

Reste à voir si l’Etat souhaite vraiment faire un pas en avant en termes de santé publique et de transparence vis à vis des consommateurs comme ce fut le cas pour l’instauration de paquets de cigarettes neutres.

Source : 60 millions de consommateurs, Le Monde

Danone rachète Whitewave Foods et devient le leader mondial des produits bio

44897806_14531164575349_rId6Danone s’apprête à débourser 12,5 milliards de dollars (11,3 milliards d’euros) pour mettre la main sur l’américain WhiteWave spécialisé dans les produits laitiers bio et devenir le leader mondial du bio avec 1,6 milliards de dollars sur ce marché. Cette opération permettra à Danone d’accroître sa taille et sa croissance mondiale en doublant son marché aux Etats-Unis, en parfait accord avec la stratégie du Groupe qui vise une « croissance rentable, pérenne et viable ». Il s’agit notamment de repositionner le groupe aux 21,1 milliards d’euros d’activité pour « apporter la santé par l’alimentation ».

Source : Le Monde

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter