Courrier, Express, Messagerie : les géants mondiaux sont-ils des « colosses aux pieds d’argile » ?

Le marché du Courrier, de l’Express et de la Messagerie a connu lors des dernières années d’importants rapprochements, qui ont renforcé la présence de quelques grands acteurs mondiaux. Mais cette stratégie de conquête géographique sera-elle payante face aux nouveaux entrants du Digital ?

Le marché du Courrier, du Colis et de l’Express, très fragmenté à la base avec de nombreux acteurs publics et privés, a vu émerger depuis quelques années une poignée de très grands acteurs mondiaux.

Les derniers « mégadeals » observés en 2015 (acquisition de TNT par Fedex, acquisition de Toll Holding par Japan Post…) sont venus confirmer cette tendance à la consolidation de quelques acteurs globaux.

Ces rapprochements répondent à la stratégie de ces acteurs de conquérir de nouveaux territoires géographiques en disposant de leur propre réseau, dans un marché qui se mondialise.

Mais cette course à la taille et les investissements colossaux qu’elle requiert est-elle la meilleure stratégie dans un marché qui connaît par ailleurs de profondes mutations ?

Dans le sillage de la révolution digitale, un foisonnement de nouveaux acteurs inventifs, proposant de nouvelles solutions de transport, de stockage, et explorant des business models disruptifs se sont positionnés sur le segment du dernier kilomètre, qui est le plus coûteux, le plus complexe, mais aussi potentiellement le segment le plus rentable dans la chaîne de valeur.

 

Panorama acteurs CCExpress

 

Il devient donc nécessaire de repenser les propositions de valeur, en mettant le client final au centre des préoccupations, en proposant de nouveaux services modulables (sur le dernier km en particulier), mieux segmentés, mieux marquetés, et correctement monétisés.

Les business models doivent également évoluer, en tenant compte des évolutions des écosystèmes, en exploitant les immenses quantités de données désormais accessibles, en maximisant l’utilisation des assets en particulier sur le transfrontalier…

 

Le risque existe donc pour les acteurs lancés dans la course à la globalisation de se voir « désintermédiés » et de perdre la maîtrise de leurs marges, contraints de laisser la valeur délivrée au marché captée par leurs anciens challengers…

 

Sources :

  • : Transport intelligence

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter

2 commentaires

  1. Pingback: Courrier, Express, Messagerie : après de...

  2. Pingback: Courrier, Express, Messagerie : consolidation d...