Agronews : Fusions-acquisitions chez les brasseurs et les agrochimistes, l’actualité de mai

Fusions-Acquisitions : AB InBev vend une partie de ses activités européennes à Asahi pour faciliter sa méga-fusion avec SABMiller

1. Asahi

Premier grand mouvement des dernières semaines : Anheuser-Busch InBev a accepté de céder les marques de bières européennes Peroni, Grolsch et Meantime au brasseur japonais Asahi pour 2,55 Mds €. La vente de ces marques, aujourd’hui possédées par SABMillers, vise à obtenir l’aval des autorités de la concurrence européennes pour la fusion entre AB InBev et SABMiller.

Pour rappel, AB InBev avait annoncé en fin 2015 l’acquisition de SABMiller pour l’équivalent de 96 Mds €. L’accord avec Asahi poursuit la stratégie déjà initiée, qui est de céder les marques considérées comme non-stratégiques dans le portefeuille post-fusion :

  • Etats-Unis : Vente des parts de SABMiller dans la Joint Venture Miller Coor’s à Molson Coors Brewing pour 12 Mds $.
  • Chine : Vente des parts possédées par SABMiller dans la Joint Venture CR Snow à China Resources Beer Holding pour 1,6 Mds $. Snow est la bière la plus vendue au monde en volume.

De son côté, Asahi souhaite développer des sources de croissance à l’international, alors que le marché japonais de la bière, où Asahi possède une part de marché de 38%, est en déclin.


Fusions-Acquisitions : Monsanto en difficulté devient une cible de rachat par Bayer et BASF

2. Monsanto

Les brasseurs ne sont pas les seuls à avoir des velléités de consolidation : Monsanto (#1 des semences avec 26% de PDM), serait aujourd’hui la cible d’une offre de 40 Mds $ par Bayer (#2 de l’agrochimie avec 18% de PDM) et d’une seconde offre par le géant de la chimie BASF.

Monsanto, comme ses concurrents, traverse une passe difficile dans un contexte de baisse des prix des matières premières agricoles, qui impacte les revenus des exploitants et la demande en semences et intrants. Ses ventes ont diminué de 13% au dernier trimestre. Monsanto a engagé un plan de transformation incluant des fermetures de sites et des suppressions de postes.

La tendance de consolidation sur le marché de l’agrochimie et des semences intervient en réponse à ce contexte. Parmi les mouvements récents, on note notamment :

(Source des informations sur les PDM : Reuters)


Grippe aviaire : Le début d’un retour vers la normale ?

3. Grippe aviaire

Nous parlions, dans la dernière Weave Agro News, de la mise en place de mesures sanitaires dans les exploitations palmipèdes (oies et canards…). Nous nous dirigeons désormais vers un retour à la normale : le vide sanitaire a pris fin le 16 mai 2016, ce qui permet aux exploitants de reprendre l’élevage. En revanche, les activités de production (abattage, transformation…) sont encore interdites dans le Sud-Ouest jusqu’à mi-août pour les canards et jusqu’en octobre pour les oies.

Les conséquences restent elles aussi dans la durée : 220 M € que les éleveurs vont devoir investir en biosécurité, qui s’ajoutent à 270 M € de préjudice estimé. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé un plan d’investissement de 220 M € sur 5 ans et des avances d’indemnisation en mai et juin.


Distributeurs : Amazon.com étend son dispositif de MDD aux produits alimentaires

5. Amazon

De l’autre côté de l’Atlantique, Amazon devrait déployer de nouvelles marques de distributeur d’ici la fin du mois, qui couvriraient les produits périssables et alimentaires :

  • Happy Belly serait dédiée aux produits alimentaires comme des noix, du thé, de l’huile de cuisson…
  • Wickedy Prime serait dédiée aux snacks
  • Mama Bear serait dédiée aux produits pour bébés qu’ils soient alimentaires (petit pots…) ou non (couches…)

Pour rappel, ce n’est pas la première incursion d’Amazon dans le monde des MDD. Le distributeur dispose déjà de plusieurs marques comme Pinzon pour le linge de maison ou AmazonBasics dans l’électronique grand public. Ça n’est pas non plus sa première initiative avec dans l’alimentaire : son programme AmazonFresh livre des produits frais dans quelques villes (Seattle, San Francisco…).


Distributeurs : Casino partage les résultats de sa stratégie

4. Casino

Pour revenir vers un distributeur plus classique, l’assemblée générale de Casino s’est tenue le 13 mai 2016. A magasins comparables, à savoir sur le périmètre des magasins ouverts depuis au moins un an, ce qui ignore donc la croissance attribuable aux ouvertures de nouveaux magasins, les ventes du Groupe ont progressé de +1,5% en France au T1 2016 par rapport au T1 2015. Les ventes totales ont quant à elles progressé de +2,9%.

Une bonne performance du discount : les enseignes Géant et Leader Price profitent pleinement des baisses de prix engagées depuis plus de 2 ans : les ventes à magasins comparables ont progressé de +4% pour Géant et de +4,5% pour Leader Price.

Un parc Monoprix dynamique et un nouveau concept de magasin Franprix : 80 ouvertures brutes de magasins Monoprix depuis le T2 2015. La mise en place du concept Mandarine dans les magasins Franprix sera achevée d’ici fin 2017.

Plusieurs autres grandes orientations : Exito, la filiale colombienne, a été mise en avant pour ses résultats et son parc dynamique. Les activités e-commerce françaises (Cdiscount et CNova France) et brésiliennes (CNova Brésil) vont être scindées. Les objectifs du plan de désendettement ont été atteints grâce à la cession cette année des activités en Thaïlande et au Vietnam.


Innovation industrielle : Le fromager Bel se déploie en Afrique avec une usine en kit

6. Bel

Le Groupe Bel, troisième fromager mondial, a inauguré en décembre 2015 sa première usine sub-saharienne avec un concept résolument innovant. Il aura fallu seulement 2 mois pour concevoir l’usine dans le site de R&D de Vendôme (Loir-et-Cher) et l’implanter à Abidjan (Côte d’Ivoire). Construite à partir de 14 conteneurs, comme un Lego, le site industriel produit aujourd’hui 100 000 portions de Vache qui rit par jour et emploie 12 personnes.

Le concept vise à adresser les territoires à forte croissance sans y construire de lourdes infrastructures, mais en y conservant les standards de qualité et de sécurité alimentaire. Cette mini-usine permet de produire de petits volumes et également de diminuer les droits de douane grâce à une production locale.  Le Groupe a d’ailleurs breveté le concept.


Innovation retail : Ouverture du premier supermarché de restes alimentaires au Danemark

7. Denmark

Copenhague accueille depuis fin février le supermarché WeFood, vendant des produits (fruits, légumes, viande, surgelés…) qui auraient été destinés à être jetés, car leur date limite de consommation était dépassée ou parce que leur emballage était endommagé.

L’enseigne, financée grâce à une campagne de financement participatif, se positionne auprès des consommateurs préoccupés par le gaspillage alimentaire et pas seulement auprès des faibles revenus. Elle propose des tickets de caisse inférieurs de 30% à 50% aux tarifs normaux.

 

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter