Goodyear présente le pneu sphérique à Genève

En ce début de mois de mars a eu lieu le salon international de l’automobile de Genève. C’est à cette occasion que GoodYear nous a présenté en première mondiale son concept de pneu visionnaire les voitures autonomes de demain, horizon 2030. Complètement différente du pneumatique d’aujourd’hui, l’enveloppe de demain se présente comme une sphère.

Ce pneu est en ligne avec la vision de GoodYear de l’avenir de l’automobile. En effet, dans sa communication, GoodYear souligne que lorsque la conduite autonome sera popularisée et en cours de généralisation dans le monde automobile, ce pneu sera une source d’inspiration.  « Par la réduction progressive de l’interaction et de l’intervention du conducteur dans les voitures autonomes, les pneus joueront un rôle de plus en plus important car ils sont le seul lien avec la route », explique Joseph Zekoski, vice-président et directeur de la technologie de Goodyear. « A l’avenir, les pneus concepts de Goodyear auront un double rôle : celui de bases créatives pour dépasser les limites d’idées conventionnelles, et celui de bancs d’essai pour de nouvelles technologies de pointe. »

Partant de ce constat, le manufacturier a imaginé un pneumatique capable de s’adapter automatiquement à l’état de la route, aux conditions climatiques et au conducteur. L’un des éléments innovants de sa structure est d’abord le matériau utilisé dans le fond des rainures, une éponge qui se durcit lorsqu’elle est sèche et se ramollit lorsqu’elle est mouillée, s’adaptant ainsi au revêtement routier. Souple sur route humide et dur sur le sec, l’éponge modifie ses caractéristiques en fonction du temps extérieur.

Imprimés en 3D et pouvant donc être personnalisés selon les différentes régions du monde, la forme sphérique de ces pneus devrait offrir une plus grande manœuvrabilité et accroître la sécurité aux passagers. Intégrant de nombreux capteurs enregistrant l’état de la route ainsi que les conditions climatiques, l’ensemble des véhicules autonomes doté de ces pneus devraient enfin être capables de communiquer entre eux dans le but d’améliorer la sécurité des uns et des autres.

Sa forme sphérique présente aussi de nombreux avantages. La surface de contact plus importante que sur un pneu classique évite les pertes d’adhérence. Le comportement en courbe est totalement différent puisque les quatre boules auront la même position en ligne droite ou en virage. C’est un peu comme un super système à quatre roues directrices.

Utiliser des pneumatiques complètement sphériques impose la suppression des liaisons mécaniques avec la voiture. Pour les remplacer, Goodyear a imaginé une liaison par sustentation magnétique, comme sur le train à grande vitesse SCMaglev. De fait, le champ magnétique gère aussi la suspension.

[Plus d’infos en vidéo]

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter

1 commentaire

  1. Sébastien Domergue

    Bonjour,
    Même si je trouve l’idée et le point de départ totalement valides, il reste néanmoins encore beaucoup de points à traiter pour Goodyear.
    il y a encore néanmoins beaucoup d’autres soucis à régler avec ce nouveau pneu comme la transformation de l’habitacle de la voiture. La largeur des routes étant déjà fixée, cela impliquera que l’ensemble de la roue sera à l’intérieur de la voiture ce qui posera des problèmes de « place ».
    Au niveau énergétique se pose également des questions puisqu’en plus de la propulsion de la voiture en elle-même il faudra la faire léviter, ce qui n’est pas réellement un problème avec les trains à suspension magnétique car l’apport en énergie est externe là où la voiture doit emporter sa propre énergie. Quand on sait qu’une Tesla qui est à ce jour celle qui a le plus d’autonomie ne dispose d’une autonomie maximale « que » de 450km sans ce champ magnétique, les longs trajets sont encore loins.
    Enfin, au niveau sécurité, il faudra également mettre en place un système de secours mécanique en cas de défaillance du système électromagnétique. Cela pourrait sans doute se rapprocher des mécanismes de trains. Cela poserait également des problèmes pour une conduite « manuelle » en cas de problème avec le pilote automatique.