IoT, nouveau défi des architectes d’entreprise

internet des objets

En 2020, Cisco prévoit qu’il y aura 50 milliards d’objets connectés à l’échelle de la planète. Ces objets vont générer de nouveaux usages pour l’Homme mais également une masse de données et des problématiques d’intégration et de communication entre eux. Ils bouleverseront toutes les entreprises, du secteur de l’industrie à celui de la banque. Pour preuve, les objets connectés seront largement exposés cette semaine au salon CES (Consumer Electronics Show) à Las Vegas.

Le challenge des architectes d’entreprise est d’anticiper les impacts de ces objets connectés afin de bâtir une architecture capable de collecter et analyser les données et standardiser les échanges entre eux. En effet, ils interagissent non seulement entre eux-mêmes mais aussi à travers une multitude de partenaires externes. Dans le cas de la voiture connectée, plusieurs partenaires différents entrent en jeu, la voiture, le fournisseur d’internet, le constructeur et les différents capteurs présents sur les routes et voitures.

Pour gérer ces problématiques, il faut des standards et des bonnes pratiques. La Big Data permet de répondre à la collecte et l’analyse des données. Pour la standardisation des échanges des objets connectés, l’Open Group[1] propose 2 nouveaux standards, Open Data Format (O-DF) et Open Messaging Interface (O-MI).

 Open Data Format (O-DF)iot

The O-DF est un standard de représentation des informations comprise par tous les systèmes IoT gérant de la donnée. Il peut être utilisé en publiant n’importe quelles données via seulement une adresse URL ordinaire. Il permet l’envoi et la demande d’information entre les systèmes lorsque ces derniers utilisent le standard O-MI.

Open Messaging Interface (O-MI)

L’O-MI est le protocole de transport. Il permet de transporter des données dans n’importe quel format. Le XML est privilégié mais le CSV ou JSON peut aussi être utilisé.

En conclusion, l’IoT est un nouveau terrain de jeux pour les architectes d’entreprises. Leur rôle est capital car l’adoption de cette nouvelle technologie par les sociétés crée un nouveau modèle économique qu’il faudra prendre en compte dans l’architecture d’entreprise.

 

[1] Open Group : L’Open Group définit des normes dans le domaine de l’ingénierie informatique, en particulier les interfaces de programmation

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter