ARCHITECTE D’ENTREPRISE, KESAKO ?

Dans un monde en mutation dans lequel les sociétés doivent réaliser leur transformation digitale, le rôle de l’architecte d’entreprise est capital. Mais on constate qu’il y a un manque de définition claire de l’ « architecte d’entreprise » au sein des sociétés. Selon le cadre TOGAF 9.1 (The Open Group Architecture Framework), « les termes architecte d’entreprise, et Architecture d’Entreprise sont très largement utilisés, mais très peu définis aujourd’hui ».

Selon TOGAF 9.1, L’architecte d’entreprise est responsable de :

  • la complétude de l’architecture (sa conformité aux besoins / aux usages), en s’assurant qu’elle répond correctement à l’ensemble des besoins les plus impactant de ses parties prenantes
  • l’intégrité de l’architecture, en s’assurant de la cohérence entre les différentes vues, du fait qu’elles ont correctement intégré les besoins contradictoires de parties prenantes différentes, et en montrant les compromis qui en ont découlés (en terme de sécurité ou de performance par exemple)

Selon le CIGREF[1], Il garantit l’évolution cohérente de l’ensemble du système d’information dans le respect des objectifs de l’entreprise, du domaine fonctionnel et des contraintes externes et internes (de risques, de coûts, de délais…) et en exploitant au mieux les possibilités de l’état de l’art en relation avec l’architecture.

Ma définition de l’architecte d’entreprise

Dans une société, un architecte d’entreprise est en charge de la conception globale, de l’intégrité et de la cohérence du Système d’Information. Il est le référent de haut niveau et se doit être vecteur de changement dans le cadre de la transformation du SI. Son rôle n’est pas qu’orienté « Technology » mais « Business Technology ». Il est au cœur de l’alignement de la stratégie IT sur la stratégie Business. Pour répondre à ce défi, il doit posséder à mon sens les 3 aptitudes suivantes :

  1. Connaître la stratégie “Business” de l’entreprise

Bien connaître les enjeux métiers permet à l’architecte d’entreprise de définir les principes d’architecture en phase avec la stratégie. Si la stratégie est la croissance, les principes doivent inclure une architecture souple et évolutive. Si la cible est les services Internet aux consommateurs, le développement agile, le « Dev Ops » et les exigences d’exploitation 24/7 doivent guider les principes.

  1. Maîtriser les technologies et les usages

L’arrivée des nouvelles technologies, comme le Cloud, la BigData ou l’IoT[2] pour ne citer que les plus plébiscités, abigstock-big-data-concept-in-word-tag-c-49922318 bouleversé l’informatique traditionnelle poussant les décideurs à faire évoluer leur SI. L’architecte d’entreprise les aide à appréhender afin d’explorer de nouveaux relais de croissance économique. Par exemple, l’internet des objets peut permettre à un constructeur de voiture de devenir un fournisseur de données. Les capteurs embarqués dans ses voitures peuvent récolter des informations météorologiques d’une manière très localisées et très mobiles. Ces données pourront être vendues à des compagnies d’assurance ou à des chaînes de météo.

  1. Savoir communiquer

archi3L’architecte d’entreprise doit être un bon communiquant pour partager et fédérer les convictions auprès des différents architectes (système, logiciel, bases de données, fonctionnel…) et des décideurs Métiers. Il doit être capable d’expliquer dans un langage compréhensible par les principaux intervenants Métiers. Il s’attachera donc à modéliser et définir un vocabulaire commun.

 

En conclusion, l’Architecte d’Entreprise accompagne les sociétés dans leurs changements et choix technologiques pour maîtriser l’Information et son utilisation pour répondre aux exigences Métier.

Et vous, quelle serait votre définition ?

[1] Club Informatique des GRandes Entreprises Françaises

[2] Internet of Things (Internet des objets)

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter