1. L’assurance Peer to Peer s’invite en France

Le concept : l’assurance collaborative entre particuliers, sans passer par une compagnie d’assurance traditionnelle.

Après l’Allemagne et sa plateforme Friendsurance créée en 2010 et le Royaume-Uni avec Guevara développée cette année, la France aura bientôt insPeer. Dans un premier temps, cette plateforme ne s’appliquera qu’aux rachats de franchise des assurances traditionnelles, permettant aux utilisateurs de bénéficier d’une option de rachat à moindre frais. Le fonctionnement repose sur la création d’une communauté d’utilisateurs. Après son inscription sur le site,  le candidat à l’assurance insPeer va inciter sa famille et ses amis à le rejoindre.

Contrairement au fonctionnement classique de l’assurance qui implique le paiement d’une prime, aucun transfert d’argent n’intervient lors de l’inscription sur le site d’insPeer. Ce n’est que lorsqu’un sinistre est déclaré que des appels de fonds sont émis par la plateforme. Le contrat est basé sur la confiance, ce qui n’est pas sans poser la question de la solvabilité des participants.

Le projet a été sélectionné pour faire partie des 40 finalistes des Grands Prix de l’innovation de la Ville de Paris 2014. Il faudra encore attendre quelques mois avant que le service ne devienne opérationnel.

Source : C’est pas mon idée

 

2. Une mutuelle pensée et créée par des… médecins

Lamedecinelibre (LML) est une nouvelle complémentaire santé lancée par des médecins dans la foulée du mouvement des protestations « Les médecins ne sont pas des pigeons ». Dans les tuyaux depuis fin 2012, elle a effectivement vu le jour le 6 octobre dernier.

Deux formules : une « de base » à 20 € par mois qui rembourse les frais courants au tarif sécurité sociale (ticket modérateur, médicaments toutes vignettes…) et une « renforcée » – environ 120 € par mois, qui prend en charge la quasi-totalité des dépassements d’honoraires (jusqu’à 115 € la consultation par exemple).

Fait marquant : la complémentaire santé récompense la fidélité de ses clients, la couverture s’améliorant dans le temps. Par exemple, la première année de souscription, une couronne dentaire sera remboursée jusqu’à 500 euros. Au bout de cinq ans, ce sera jusqu’à 2 500 €.

La complémentaire santé est surtout proposée aux Travailleurs Non-Salariés (TNS) mais une offre salariée existe déjà. Début 2015, une offre de contrat collectif sera proposée aux entreprises. L’objectif est à 1 000 adhérents d’ici fin 2014, et 100 000 d’ici fin 2016.

Source : Le Parisien

 

3. IKEA commence à vendre de l’assurance dans ses magasins en Suède

Depuis le 1er octobre dernier, IKEA propose la vente de produits d’assurance dans ses magasins. Pour le moment, la marque s’en tient à des couvertures pour les enfants ou les femmes enceinte en cas d’accident ou de maladie grave. IKEA devrait bientôt commercialiser des assurances multirisques habitation dans les semaines à venir, selon le Wall Street Journal. Les garanties d’assurances sont couvertes par un assureur suédois, Ikano Försäkring, appartenant à la famille du fondateur d’IKEA Ingvar Kamprad.

Le Distributeur suédois vise pour le moment les 2,5 millions de détenteurs de sa carte de fidélité en Suède. Dans un deuxième temps, IKEA réfléchira à viser les 59 millions de personnes qui font partie de son programme de fidélité à travers le monde.

Source : Les Echos

 

4. Assurance en ligne : Allianz élargit la tarification rapide à l’habitation et la santé

Obtenir un tarif d’assurance en ligne peut s’avérer rébarbatif – parfois plus de 20 questions avant de voir s’afficher le montant. Le tarif dépend en effet de différents critères (âge, date d’obtention du permis de conduire, adresse, présence d’un garage couvert ou non…).

Dans le but d’augmenter le nombre de devis en ligne, Allianz a souhaité simplifier les questionnaires de tarification en auto, habitation et santé. La tarification auto en 5 questions a été lancée en juin 2014 et comptabilise à ce jour plus de 300 000 entrées. Pour l’habitation, c’est également en 5 questions. Cette stratégie du « fast quote » a été déclinée pour la santé d’entreprises. Les TPE de moins de 10 salariés pourront se voir proposer un tarif en 2 questions. Le tarif s’affiche et le prospect est invité à poursuivre en ligne, par téléphone ou en agence, le multicanal étant devenu aujourd’hui un standard du marché.

In fine, la transformation passe forcément par un devis avec un questionnaire plus approfondi. Mais Allianz note dans l’utilisation de cette technique un vrai plus pour attirer les prospects.

Source : news assurances pro

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter