Le DSI, un acteur incontournable de la transformation digitale de l’entreprise

Le sujet de la transformation digitale est enfin à l’ordre du jour de la quasi-totalité des grandes entreprises françaises. Les équipes dirigeantes des grands groupes du SBF120 et des organisations parapubliques de l’hexagone mesurent à présent l’enjeu que représente l’intégration rapide des usages numériques au plus profond de leur fonctionnement. L’heure n’est plus au développement d’un moyen innovant de distribuer produits ou services à l’instar des « pure-players » qui ont bouleversé le paysage économique mondial en moins de 15 ans, mais bien de repenser l’organisation des fonctions régaliennes de l’entreprises afin de les rendre plus efficaces, rapides et agiles.

Dans ce contexte, c’est bien la question de l’innovation et de la capacité sous-jacente de ces organisations à inventer de nouveaux modèles économiques qui est posée. Pour développer et pérenniser ces initiatives qui permettront à certaines entreprises de survivre et d’autres de se replacer au premier rang des acteurs économiques mondiaux.

Pour faire face aux nouveaux enjeux de cette révolution industrielle, les programmes de transformation digitale fleurissent dans les entreprises, peu importe le nom et l’angle de démarrage qu’on leur donne. Pour prendre la direction de ces grandes manœuvres, une nouvelle unité est apparue, et à sa tête un nouveau héros : le CDO (Chief Digital Officer). Pour certaines directions générales, la tentation de placer tous les pouvoirs (commerce, marketing, communication, innovation et même informatique) entre les mains d’un seul officier devient même presque irrépressible.

« Le succès de cette entreprise digitale pourrait résider dans la qualité du modèle de gouvernance mis en œuvre pour synchroniser l’action de la nouvelle direction digitale avec celle des principales fonctions de l’organisation, notamment la fonction informatique. Les entreprises dotées d’une DSI Groupe disposent d’un organe fédérateur au sein de l’organisation (différentes filiales, branches, équipes opérationnelles via les DSI métiers). La collaboration entre la direction digitale et la DSI Groupe est un facteur clef de succès de la transformation digitale de l’entreprise : ces deux entités pourront capitaliser sur la relation des DSI métier du groupe avec leurs contreparties opérationnelles. »

De l’orientation de la lettre de mission imposée à la direction digitale pour mener le projet de transformation de l’entreprise, il conviendra d’adapter le « modus operandi » de la DSI Groupe pour lui permettre d’agir en complète collaboration :

DSI1

Au-delà de la nature de l’intervention, il convient de réfléchir au positionnement des équipes de la DSI vis-à-vis de la direction digitale afin de définir l’organisation la plus adaptée aux moyens mis en œuvre :

DSI2

Bien que dépossédée du sujet au terme d’une décennie d’hésitation technologique sur le terrain digital, la direction des systèmes informatiques (DSI) doit se positionner comme un « sparring-partner » de la direction digitale en incarnant un double rôle :

  1. celui de maître d’ouvrage, capable de prendre en charge le projet de construction des futurs actifs digitaux de l’entreprise et de leur intégration dans un écosystème informatique et de partenaires complexe ;
  2. celui d’incubateur, en mesure de détecter, analyser et maîtriser les ruptures technologiques qui pourront constituer de véritables catalyseurs de la mutation du modèle économique de l’entreprise ;

Dans les 2 cas, l’alignement des organisations des deux directions devient un impératif. Au-delà du besoin évident de définir une matrice claire des rôles et responsabilités de chacune des entités, il sera essentiel de partager un langage commun, un modèle conjoint d’objectifs et de récompense, de synchroniser les agendas de ces 2 organisations et, dans un monde idéal, partager la responsabilité des budgets alloués à ce sujet de la transformation digitale (CAPEX et OPEX).

Enfin, notons que pour s’engager dans cette voie, les DSI devront par ailleurs accélérer leur propre mutation digitale en se dotant des outils de collaboration et de communication adaptés aux nouvelles « réalités 2.0 ».

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter