Explorer les business models de l’économie sociale avec le programme Impact d’Ashoka

Impact pour changer d’échelle

Initié en France en 2007, le programme Impact accompagne chaque année une dizaine de porteurs de projets engagés sur des thématiques différentes. Les formations proposées et le soutien de l’organisation Ashoka offrent aux participants un véritable coup d’accélérateur pour le développement de leur projet.

Alors que l’édition 2013 était dédiée à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables, en 2014, deux thématiques ont été couvertes : la santé (en partenariat avec la fondation Siemens) et le handicap (en partenariat avec la fondation Gecina). A chaque fois, le programme compte de très beaux projets. Pour n’en citer que quelques-uns : le projet citoyen de production d’énergies renouvelables Energie Partagée, l’organisme de formation pour la transition énergétique Institut Negawatt, les résidences seniors hightech et abordables de Médetic, l’association des aidants Avec Nos Proches, l’entreprise sociale HandiShare ou le réseau des managers solidaires Les Campanieros.

Ateliers d’innovation : Quel modèle économique pour l’économie sociale ?

Pour la deuxième année consécutive, nous avons participé au programme de formation Impact avec des ateliers dédiés au modèle économique. En nous fondant sur une version ajustée du canevas BMG (Business Model Generation), nous avons fait travailler les participants sur leur modèle de façon collaborative. L’objectif : Formaliser l’ensemble de leur modèle et créer un langage commun. Le support permet ainsi aux participants de partager bonnes pratiques, retours d’expériences et pistes de synergies pour construire un modèle économique pérenne.

Loin d’être un gros mot pour ces acteurs engagés, le business model est bien au cœur de leurs préoccupations pour développer leur activité et ainsi démultiplier l’impact et la création d’emplois. L’économie sociale se distingue pourtant de l’économie classique. Sa vocation sociale qui prévaut à la course au profit l’oblige à innover sans cesse et à inventer de nouveaux modèles qui prennent en compte l’ensemble des bénéfices, directs et indirects.

Un postulat incarné par le groupe associatif Siel Bleu qui propose des programmes d’activités physiques pour les personnes âgées, malades et/ou handicapées. Avec ses 400 employés et un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros, Siel Bleu a mis en place un modèle économique hybride qui repose en partie sur la vente de ses programmes aux caisses de retraites, mutuelles, assurances et établissements de santé – les bénéficiaires indirects de son activité.

En effet, selon une étude de Mc Kinsey, la pratique d’activités physiques adaptées, telles que celles proposées par Siel Bleu, auraient un impact sur la santé de millions de personnes, en premier lieu les seniors, notamment en réduisant le diabète et le nombre de fractures. Pour la France, la baisse des dépenses publiques de santé correspondantes est évaluée à 15 milliards d’euros pour la période 2012-2015 et à 59 milliards d’euros pour la période 2012-2020. Economies colossales dont bénéficieraient directement les organismes de santé.

 

L’économie sociale : les (grandes) entreprises classiques de plus en plus curieuses

Encore peu connue du grand public, l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) a un poids économique significatif. Elle emploie plus de 10,3 % des travailleurs français et a créé dans le pays 440.000 nouveaux emplois entre 2003 et 2013. Un développement pérenne puisque d’ici à 2020, selon les prévisions, la barre des 600.000 emplois devrait être dépassée.

Alors que le gouvernement travaille sur un projet de loi sur l’ESS, les grandes entreprises françaises, le CAC 40 en tête, ne s’y sont pas trompés et s’intéressent de près à cette nouvelle économie. Renault et le Groupe SOS, Danone et la Grameen BankOrange et Simplon.co, Accenture et Ashoka , Bolloré et MakeSense : les initiatives sont nombreuses et illustrent la volonté des grandes entreprises de tester de nouvelles approches. S’il ne s’agit que des premiers pas, loin d’une  hybridation des modèles, des pistes se dessinent. Les ressorts des modèles économiques des grands acteurs économiques ne se trouveraient-ils pas dans l’innovation sociale ?

 

Article original : http://www.weave-air.eu/explorer-les-business-models-de-leconomie-sociale-avec-le-programme-impact-dashoka/

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter