Le rôle du contrôle de gestion dans les plans de performance SI

shutterstock_145160692

Les plans de performances SI identifient des chantiers ou des actions de réduction des coûts portés par des responsables opérationnels au sein de la DSI. Ces derniers sont challengés sur l’atteinte des gains et l’exercice de chiffrage peut s’avérer complexe :

  • il faut trouver le bon équilibre entre un montant réaliste et atteignable mais aussi suffisamment ambitieux pour atteindre l’objectif global. Le contrôle de gestion peut aider en fournissant des éléments de référence et une analyse critique des propositions ;
  • de nombreuses actions peuvent s’inscrire sur des périmètres organisationnels ou des natures de coûts communs avec d’autres actions. Par exemple : un chantier sur le poste de travail travaillera sur une architecture qui permettra d’économiser de la place sur des serveurs de données ou d’applications, pendant qu’une action sur un datacenter réduira lui aussi les coûts autour des serveurs. Il peut être complexe et coûteux de suivre la part de chaque action dans l’évolution des coûts. Le contrôle de gestion devra mettre en place les éléments de mesure financiers qui devront répondre au besoin sans pour autant être trop complexe et coûteux ;
  • il est parfois difficile de mesurer l’effet d’une décision sur les coûts, dans la mesure où certains coûts baisseront effectivement (les coûts variables), pendant que d’autres subsisteront (c’est le cas de certains coûts fixes). L’exemple du décommissionnement des applications le montre bien : ce n’est pas parce qu’une application est décommissionnée que l’ensemble de ses coûts va disparaitre. En effet, il faut pouvoir redéployer les équipes et les serveurs attribués à cette application. Le fait même de décommissionner coûte de l’argent : il faut identifier les utilisateurs, s’assurer que la disparition de l’application ne portera pas préjudice à leur activité, s’assurer que cela ne perturbera pas le bon fonctionnement d’autres applications liées avec la première, parfois développer des solutions alternatives ou modifier des programmes…

En synthèse, le contrôle de gestion doit mettre en œuvre le modèle de suivi des coûts et des gains selon différents axes d’analyse (les organisations, les natures, les activités, les applications, les actions de réduction de coûts). Il doit apporter un regard critique quant aux propositions des opérationnels et doit aider à planifier les économies prévisionnelles dans le temps.

Son rôle est aussi de les sensibiliser sur le fait qu’il ne faut surtout pas raisonner à court terme : la suppression de certains projets réduira bien les coûts d’aujourd’hui (les coûts d’investissements et de changement), mais peut avoir un effet très néfaste à moyen terme : dégradation de la qualité du SI et du service offert au client, augmentation des coûts d’exploitation (le run) avec le maintien de technologies ou de solutions inadaptées.

 

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle

Commenter