Le pharmacien : La transformation digitale d’un patron de PME (1/4)

Le pharmacien, patron d’une PME qui se digitalise ? OUI car c’est un intermédiaire indispensable dans un domaine qui se numérise de plus en plus – C’est le lien entre des patients mieux connectés, des partenaires de la Santé qui dématérialisent chaque jour un peu plus et des laboratoires pharmaceutiques pour qui le digital est un enjeu majeur.

Fort de nos retours d’expériences, nous proposons un point de vue sur la transformation digitale du métier de pharmacien en quatre articles.

  1. Le Pharmacien face au digital

La dernière grande innovation dans la pharmacie remonte à 2007 : la carte Vitale 2 et ses avancées technologiques. Depuis, l’officine ne semble pas avoir évolué d’un point de vue digital, du moins très peu comparé aux commerces d’autres secteurs. Les nouveaux sites internet de pharmacie, s’ils sont un  relai de croissance pour l’officine, ne devraient pas être la seule révolution des pharmacies.

Dans le contexte actuel, les enjeux principaux du pharmacien sont la croissance de son chiffre d’affaires, et la gestion de son temps. Il n’a ni le temps, ni bien souvent, les compétences pour optimiser sa présence digitale. Pourtant, le digital est un axe concret d’enrichissement comme le prouvent les différentes applications actuellement sur le marché : applications de localisation des pharmacies proposant maintenant des services et des informations pharmaceutiques, supports de vente numériques voire interactifs présents dans les officines, ou encore application permettant au pharmacien d’identifier son taux de substitution et la marge générée associée. Ces différents services proposent une vraie valeur ajoutée, et permettent une fidélisation de la clientèle tout en restant facilement accessibles au pharmacien. Il semble donc que le retard actuel est d’avantage lié à une absence de prise de conscience des avantages du digital qu’à une incompatibilité de métier : le pharmacien, peut aussi bien profiter des opportunités liées au numérique que les autres commerçants, autant dans son espace de vente que dans la gestion de son officine.

Les pharmaciens, au même titre que les médecins, sont intéressés par des applications santé à destination des professionnels, en effet 53% des praticiens utilisateurs de Smartphone disposent d’applications m-Santé : informations médicaments (Vidal), recyclage des déchets (iDASRI), etc. Il existe 17 000 applications Smartphone santé, et le marché s’étend rapidement : il devrait tripler entre 2010 et 2015. Cependant il existe peu d’applications qui leur sont destinées : la plupart des applications sont grand public puisque plus de la moitié concernent des régimes alimentaires et le cardio-training et sont développées par des agences de communication. Le pharmacien qui souhaite enrichir son parcours commercial par le digital est confronté à une absence d’applications répondant aux exigences de son métier. Il est donc indispensable de créer, avec l’aide de l’écosystème Santé, des outils adaptés au pharmacien afin de l’aider dans son évolution numérique.

Le pharmacien doit être accompagné afin qu’il puisse profiter pleinement des opportunités offertes par le digital : dans un premier temps, assimiler cette nouvelle culture puis s’impliquer dans le développement d’outils qui seront adaptés à ses besoins. Cette démarche est d’autant plus importante qu’elle lui permettra de répondre aux exigences de ses clients hyper-connectés : les e-patients.

Ce sujet sera traité dans le prochain article : Le Pharmacien face au e-patient.

Benoit Veyrines et l’équipe Santé

Newsletter

Recevez notre newsletter bi-mensuelle